26 mai 2016

Pourquoi entreprendre quand on est encore étudiant ?

Ce matin (mercredi 25 mai 2016) j'animais avec un des anciens de mon département, Mamadou Lakhassane Cissé de Amin'IT, un panel sur l'entrepreneuriat lors des journées d'intégration du Club Synapse du Département Génie Informatique de l'ESP.
Moi par contre je suis encore étudiant à l'ESP en dernière année de formation en génie informatique, et avec quelques camarades nous venons de lancer une startup d'ingénierie informatique.
Mon intervention dans ce panel a été axée sur quatre points principalement:
  1. La présentation de notre jeune start-up IKANE COMPANY 
  2. Pourquoi entreprendre ? 
  3. Pourquoi entreprendre, quand on est étudiant ? 
  4. Quels sont les principaux facteurs broquant pour se lancer dans l'entrepreneuriat ? Et comment les considérer (à notre humble avis) ? 

  

Présentation de notre start-up
IKANE Co. est une jeune start-up d’ingénierie informatique créée à l'ESP par des étudiants en fin de formation.
La start-up est actuellement organisée en trois Business Units décrits comme suit :


Après avoir introduit notre compagnie nous enchaînons directement avec le thème qui nous a été soumis en essayant de répondre à deux questions: Pourquoi entreprendre et Pourquoi entreprendre quand on est encore à l'école ? 

Pourquoi entreprendre ?
Chacun peut avoir ses raisons pour se lancer dans l'entrepreneuriat et l'auto-emploi. Ce que j'essaie de faire est juste d’énumérer de façon non exhaustive quelques raisons qui à mon avis sont pertinentes pour amener les sceptiques à reconsidérer leur possibilité d'entreprendre. Et parmi ces raison nous avons:
La liberté:
Quand nous avons notre entreprise nous avons beaucoup plus de liberté parce que nous sommes notre propre patron.
Nous décidons de notre emploi du temps, de notre salaire, de notre business et nous choisissons également avec qui nous allons travailler.
La maîtrise de son destin:
Créer et diriger son entreprise comporte évidemment une part de risques mais en retour nous ne risquons plus d'être un bon jour viré de notre emploi. Seul le client et notre créativité sont nos guides et à nous de savoir nous adapter aux évolutions.
La création:
Quand nous créons un business et qui devient prospère nous créons par la même occasion des emplois, nous formons des collaborateurs, nouons des partenariats avec d’autres entreprises, des associations, des institutions…
Nous devenons un acteur de la vie économique et sociale de notre cher pays.
Je me dis tout le temps que nous avons eu la chance d'être né sur un continent où tout est à faire sinon à refaire ou parfaire. Et nous avons alors le choix de faire ou de ne pas faire mais sachons que si nous ne faisons pas personne ne viendra faire à notre place.
La réalisation de soi:
Ce qui est cool quand nous travaillons à notre propre compte c'est que nous nous investissons pleinement sur un métier que nous avons nous même choisi. Nous menons une aventure véritable dont nous sommes les héros, nous devons inventer des solutions, traverser des obstacles et connaître aussi la satisfaction du vainqueur :-)
Le moyen de vivre bien:
Nos revenus sont la juste récompense de notre talent, notre dure labeur et des risques que nous prenons; ils nous permettront un confort, une qualité de vie que nous partageons avec ceux que nous aimons. Nous gagnons de l'argent et c'est le résultat de notre mérite.

D'autant plus que nous avons là la possibilité de rendre le monde meilleur en répondant bien à des besoins précis.
Comme disait Mahatma Ghandi "Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde".

Pourquoi entreprendre quand on est étudiant ?
A notre avis, la meilleure occasion que nous avons pour expérimenter, tester nos idées et nos solutions et les faire valider c'est quand on est encore à l'écoleDéjà ce-là nous fait gagner énormément de temps quand nous déciderons plus tard de trouver un financement pour notre projet parce qu'on l'a déjà testé et validé. Ensuite nous avons beaucoup d'avantages favorables à la création d'une startup quand on est encore étudiant tels qu'un logement, une aide financière mensuelle (bourse) et nous n'avons pas encore des vraies obligations financières (loyer, électricité, et autres).
C'est aussi le moment où nous pouvons nous permettre de faire le maximum d'erreurs.
Les erreurs et les échecs sont les ornements du parcours d'un jeune entrepreneur. C'est à travers ces derniers que nous apprenons et que nous devenons meilleurs, et c'est également à travers eux que nous maîtrisons de jour en jour notre produit ou solution. Alors autant en faire quand on est encore à l'école car à ce niveau les enjeux sont encore moindres.
Aussi c'est le moment de faire des rencontres et d'essayer de construire son équipe de rêve. Et je penses que ce sont les équipes qui font la réussite des startups et pas nécessairement la pertinence des idées car si cette dernière n'est pas adaptée l'équipe saura faire preuve d'agilité et "pivoter".
L'équipe de rêve c'est une équipe compétente et motivée dans laquelle les membres partagent la même passion, les mêmes ambitions et le même rêve.

Toutefois comme l'a si bien souligné quelqu'un dans l'assistancce au panel, il y a un minimum de bagages (une base solide) dont l'étudiant devrait se prémunir pour réussir son entreprise.
* La première des choses serait de cultiver très tôt les compétences nécessaires dans le domaine dans lequel nous comptons entreprendre. 
* La deuxième serait de cultiver nos aptitudes en management, en leadership et en communication.
En quoi faisant ? Et bien en occupant des postes de responsabilité dans des associations d'étudiants, des clubs et autres. Ainsi on se forge un caractère, on gagne un minimum d'expérience et on apprend surtout à mieux travailler avec les autres (à chacun ses humeurs et ses tempéraments).
* La dernière chose et pas les moindres serait de se construire un réseau. Oui le réseau est essentiel pour réussir dans notre startup.
Je me dis que dès l'instant que nous décidons de faire des études en informatique et que nous comptons exercer dans ce domaine il devient assez pertinent de se rapprocher des communautés informatiques existantes et d'essayer de les intégrer afin de rencontrer des personnes qui partagent à peu près les mêmes passions que nous. Juste pour l'exemple: Personnellement j'ai eu la chance de fréquenter certaines communautés dont celles de Google, des logiciels libres et de quelques langages de programmation. Et à travers les activités des communautés de Google j'ai eu l'occasion de voyager à Nairobi pour un sommet africain où j'ai fait plein de rencontres (de jeunes développeurs enthousiastes, des managers, des chefs d'entreprises, ...). J'ai pu avoir lors de ce séminaire des contacts dans différents pays africains. Et quand j'aurais besoin un jour d'étendre mon business dans l'un de ces pays je trouverai pas beaucoup de difficultés parce que j'ai déjà des contacts dans ces différentes zones.
Il est aussi fort intéressant de participer à des challenges, aux concours et aux événements IT tels que les hackathons, les codeCamps, les barcamps, ... C'est durant ces genres d’avènements que nous rencontrons des gens qui nous font souvent découvrir de nouvelles technologies, de nouvelles méthodes ou de nouvelles astuces. Alors il nous faut en profiter.

Quels sont les facteurs bloquant pour se lancer ?
1.  Les pressions familiale et sociale:
L'un des facteurs les plus saillants quand on décide de s'aventurer dans l’entrepreneuriat c'est les pressions sociale et familiale.
De façon "conventionnelle" dans nos pays dès que nous finissons nos études, toute la famille s'attend à ce que nous trouvions rapidement un bon boulot et commencer dès lors à participer aux charges familiales.
Ainsi la plupart des familles vont nous mettre tellement de pression que souvent nous avons peur que notre startup ne soit pas à la hauteur des attentes de cette dernière, peur que ça ne marche pas finalement et à la fin on va essayer de trouver plus de sécurité en rangeant nos projets assez prometteurs dans des placards et nous caser dans une "grande entreprise" qui souvent répète la même chose depuis des décennies, où on s'ennuie à mourir.
Souvent aussi on cherche plus de sécurité et finalement abandonner parce que au bout de quelques temps la startup tarde à décoller et quand nous voyons nos promotionnaires véhiculés, avec un  bon salaire et un logement ... alors si on n'est pas suffisamment patient on pourrait être tenté de nous caser.
Mais au fond, c'est quoi la sécurité ?
   ◙ La sécurité, c'est moins de liberté ?
   ◙ Moins de liberté c'est l’oppression et la répression
   ◙ L’oppression et la répression c'est moins de bien-être
   ◙ Moins de bien-être au quotidien, c'est chaque jour un pas vers la dépression :-(
Choisir la sécurité de l'emploi (si elle existe) au détriment d'exercer un métier passionnant c'est se soumettre à moins de liberté et s'empêcher d'être qui nous sommes en réalité.
Et quand on s'ennuie trop dans son boulot on devient démotivé et donc inefficace à la fin. Au bout du compte on risque de se faire virer :-(
Quand nous étions bébés, par sécurité on nous empêchait d'aller dans certaines parties de la maison, on nous privait certaines activités et là il y avait un véritable besoin de protection. Mais quand on devient adulte la "sécurité" nous empêche d'être épanoui et d'être qui nous sommes vraiment.
Au fait si nous sommes pas heureux et épanoui dans notre situation actuelle, c'est que nous ne sommes pas alignés avec qui nous sommes vraiment.

2. La peur de l'échec:
«Il n’y a pas d’échec tant que l’on ne cesse pas d’essayer. Il n’y a pas de défaite sauf intérieure, pas d’obstacles insurmontable sauf notre propre faiblesse envers le but» – Ken Hubbard
Nous ne devons pas avoir peur de l'échec qui n'est rien d'autre qu'un état d'esprit. A notre avis l'échec n'est rien d'autre qu'une occasion pour faire encore beaucoup mieux.
Et comme le dit si bien Olivier Lockert «Il n’y a qu’une seule façon d’échouer; c’est d’abandonner avant même d’avoir réussi !» 
Alors tant qu'on abandonne pas on ne pourra pas vraiment échouer, donc armons nous de patience et de persévérance, un jour nos efforts porteront leurs fruits.

3. La recherche d'une "idée révolutionnaire"
Le plus essentiel à mon avis est de faire quelque chose d'utile, répondre spécifiquement à un besoin réel. Il ne sert à rien de faire un truc hyper cool mais que personne n'utilise vraiment au final. Alors nous avons autant intérêt à adopter les méthodes Lean Startup: "Think Big but start Small", le développement par la clientèle. Désormais on ne reste plus dans notre coin et réfléchir à une idée géniale, la développer et aller la vendre. Non. Quand on a l'idée on va rencontrer les utilisateurs finaux et tester l'idée et la faire valider, puis prototyper et tester encore jusqu'à avoir quelque chose qui convient parfaitement aux clients.

4. Le manque de financement
Avant de penser à un gros financement il serait plus judicieux à mon avis de tester d'abord son idée ou solution auprès des clients. Et nous avons eu la chance d'être dans l'ingénierie informatique où pour prototyper la plupart des solutions on n'a pas besoin de moyens colossaux.
D'ailleurs il y'a des plateformes Cloud qui nous permettent d'avoir accès à des serveurs gratuitement pendant une durée définie sous certaines conditions (Exemples: Amazon Web Services, Google Cloud Platform, ...)
Et après ces périodes de tests si on parvient à faire valider notre solution, avec un bon business modèle il devient plus évident pour nous de trouver un financement, une incubation ou de trouver des acheteurs.

5. Le marché et la concurrence
Pour vous convaincre du potentiel qu'il y a ici, en Afrique et plus précisément au Sénégal, choisissez seulement un domaine quelconque et posez-vous cette question: "Qu'est-ce que je peux faire pour ce secteur ?" Au bout de quelques minutes vous allez vous retrouvez avec mille et une idées de projets intéressantes.
Même s'il se trouve que nous tombons sur des idées qui sont déjà en train d'être développées par d'autres équipes disons nous juste que notre approche, notre chaîne de valeur peuvent largement faire la différence. Tantôt je l'ai évoqué, ce n'est pas forcément la pertinence d'une idée qui fait la réussite d'une startup mais plutôt la qualité de l'équipe qui développe cette idée.

Conclusion
Pour finir, si vous vous demandez encore c'est quoi un entrepreneur, voici quelques pistes:

« Un entrepreneur, c’est un individu qui a le courage de concrétiser ses rêves, d’ignorer les risques et d’utiliser son plein potentiel de créativité pour innover. »

« Un entrepreneur, c'est une personne qui passe à l'action. »

« Un entrepreneur, c'est quelqu'un qui voit des possibilités et des solutions là où les autres voient des problèmes, et qui sait ensuite saisir ces opportunités. »


« Un entrepreneur, c'est une personne qui initie le changement pour un mieux-vivre. »


« Devenir entrepreneur, c'est se donner la liberté de se dépasser. »

« Un entrepreneur :

      C’est quelqu'un qui est porté par une vision et qui veut en faire un projet, puis une entreprise. 
     C’est quelqu’un qui « sent » un besoin dans le marché et veut apporter quelque chose de nouveau.
     C’est un optimiste qui croit en lui-même.   
     Préfère foncer dans le tas que de se perdre dans des analyses trop compliquées. 
     C'est un impatient et ça ne va jamais assez vite à son goût.   
     C'est un bagarreur, qui va défendre bec et ongle son produit et son service. 
     Aime mieux négocier, acheter et vendre que de faire de la gestion. »
Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Si vous appréciez le contenu de cet article, ou voulez faire une contribution ou poser une question, ..., n'hésitez pas à me laisser un petit commentaire via ce formulaire. Merci !!!